VERSICOLORE

snapchat article design affectif

SnapChat et la mise en oeuvre d'un design affectif

Petit exercice : essayez d’accéder à la map sans chercher sur internet comment faire.

5 minutes

Rapide contextualisation 1/4

En 2019, 9% des 15-24 ans utilisent quotidiennement Snapchat. L'application domine le marché (avec Instagramm). Comment expliquer l’engouement des adolescents pour cette application ? Au-delà de l’éphémérité que propose SnapChat, l’application propose un panel de fonctionnalités diverses rassemblées en un même endroit, à portée de pouce. Dans une approche centrée sur les émotions, le discours est dès l’AppStore bien définie, invitant les utilisateurs à s'amuser. Plusieurs interfaces commentées avec des slogans tels que « exprimez vous », « vivez dans l’instant », « explorer le monde » sont une promesse parfaite pour les adolescents.

Snapchat promet de découvrir de multiples univers, et ce sans conséquences grâce à l’éphémérité de ce qui est posté.

L’appareil photo est au coeur même de l’application, toujours accessible qu’importe l’écran sur lequel nous sommes, c’est l’outil principal mais aussi l’écran d’accueil. Celui-ci propose aussi un accès direct à la fonctionnalité « ajouter des amis » ainsi qu’aux réglages pour l’appareil photo (grille des tiers, flash, filtres ludiques…). En ce sens, la prise de photographie (ou de vidéo en maintenant le bouton photo appuyé) est extrêmement simple. Ainsi, en réponse à un besoin de transmettre quelque chose, à peine l’application ouverte, vous avez la possibilité de prendre une photographie et de la partager. Le message est alors visuel mais aussi textuel avec la possibilité d'y ajouter quelques mots dans une moindre mesure, souvent une simple phrase qui permet de contextualiser l’image.

Le partage : la possibilité de partager la photographie est composée de trois choix : à un ami, dans un groupe, directement dans notre story où public (c’est à dire que n’importe quel utilisateur à proximité peut voir la photo). Ainsi, la communication peut-être soit un-vs-un soit un-vs-plusieurs selon le choix de l’utilisateur. Par ailleurs, la notification joue ici un rôle important, puisque à chaque fois qu’un utilisateur vous envoie ou poste quelque chose, l’application vous invite à venir voir ce qui a été publié. Le même schéma se retrouve également dans le chat.

La localisation : la SnapMap permet de voir où sont vos amis sur une carte du monde. A tout moment, vous pouvez savoir où se trouve untel si tant est qu’il ait ouvert l’application.

Pour Danah Boyd, le succès de Snapchat s’explique de plusieurs façons. Si les adolescents s’approprient le monde qui les entoure et le partage tel qu’ils le voient en lui donnant le sens qu’ils désirent, l’outil sert également à prendre possession d’un lieu, comme une façon de dire «regardez, j’y suis allé, je l’ai fait».

Il s’agit là de célébrer l’instant en prenant une photo, ce geste devenu fréquent car extrêmement simple.

Le but étant également d'en discuter avec ses « amis ». D’ailleurs, si le selfie est considéré comme une preuve de l’individualisme et du narcissisme qui semblent animer les jeunes générations (Dizerbo, 2016), les autres photographies postées proposent également une forme d’appartenance, un signe d’affiliation à un groupe. En effet, l’adolescent qui se représente lui-même propose une version de lui qu’il aura choisi (parfois après plusieurs essais de prise de vue). De plus, la plupart des photos postées trouvent souvent dans leur composition autre chose que juste un visage : un endroit, un objet, une photo de groupe, etc. Ces photographies permettent de prouver notre existence, de s’affirmer. Elles transmettent des informations sur qui nous sommes (attitude, lieu, filtre ou non…) et ce que nous vivons.

Design affectif : amitiés gamifiées 2/4

snapchat article design affectifIl est intéressant de voir comment l’amitié est évaluée sur cette application. En effet, on remarque que c’est la fréquence des échanges qui définit le niveau d’amitié entre les utilisateurs (Déage, 2019). Pour illustrer ces échanges, SnapChat dispose d’une fonctionnalité décisive : le symbole d’amitié. Cela démontre un mécanisme intéressant au sein de l’application. En effet, si les photos sont éphémères, les scores relationnels qui définissent le niveau d'amitié entre deux utilisateurs le sont tout autant. En ce sens, il s’agira pour les utilisateurs d’entretenir leurs relations sociales et de garder l’émoticône associée.

Entretenir une amitié devient un jeu où le symbole est une récompense. C'est un déclencheur, une invitation constante à revenir sur l'application.

UX Design pas commun mais ludique 3/4

L’application ne répond qu’à peu des codes ergonomiques les plus répandus. On peut prendre en exemple les icônes sans précisions textuelles, le fait de devoir deviner le « swipe » d’un écran à l’autre pour passer de l’appareil photo à la liste d’amis, etc.. Avec un public cible d’adolescents voir de pré-ados, l’application propose un design ludique avec des couleurs pétantes, la possibilité de dessiner sur ses images, etc.. Il s’agit là de se balader dans l’application, en s’amusant, et de découvrir tout ce qu’elle a à proposer derrière chaque bouton.

D’aucuns pourraient penser qu’un UX design déstabilisant entrainerait un rejet massif d’une nouvelle application, car bouleversant les habitudes de navigation acquises par l’expérience d’autres dispositifs. Mais l’exemple de SnapChat montre bien qu’une règle n’est jamais une vérité absolue.

En effet, en prenant le contre pied des standards, l’application à su cerner sa cible, à savoir des adolescents agiles.

En quête d’un espace sécurisant bien que libertaire, plein de fonctionnalités ludiques et cachées que seuls les utilisateurs « experts » trouveront, ce à l’abri des parents qui ne comprennent pas comment ça marche (ce qui se démontre avec le modèle de Fogg, où finalement la motivation seule ne suffit pas à harponner les utilisateurs, si ces derniers manquent de capacité, ils abandonneront, ici c’est le cas des adultes).

En conclusion... 4/4 Bravo !

Réseau de copinage par excellence, l'application utilise des leviers affectifs pour faire adhérer les individus. En proposant de mesurer la quantité (et non la qualité !) des relations entre les utilisateurs par des images, l'application harponne efficacement une frange de ses utilisateurs. Par ailleurs, en proposant un outil comme l'appareil photo dégainable en moins de deux, SnapChat joue sur la spontanéité des utilisateurs à partager du contenu d'une part, et d'autre part, à les rendre friants de suprise par la diversité possible du contenu posté par des gens avec lesquels on échange. (Voir Les récompenses variables - Le pouvoir des RSN Partie 1)